Ficelle et Patchouli, vers une nouvelle vie professionnelle ?


Nouvelle année, nouvelle résolution… c’est possible ? même en mars ???

Ben oui voilà : j’ai décidé d’évoluer dans ma vie professionnelle, et de me donner les moyens au quotidien, de mettre mes compétences au service de mes valeurs.

C'est tres tentant !

C’est très tentant !

Après m’être éduquée à une alimentation raisonnée (comprenez bio et durable le plus possible), je m’intéresse depuis quelques mois aux étiquettes de mes vêtements.

Je suis toujours très étonnée (oui… mais pas naïve quand même !), de voir qu’un grand nombre de vêtements sont fabriqués en textile synthétique, très loin de chez nous. Certes je suis avertie, et je comprends bien les problématiques de coûts de la main d’œuvre, des contraintes de normes différentes ailleurs, que l’exotisme peut faire vendre… mais dans quelles conditions pour ceux qui font, ou ne font plus d’ailleurs, à cause d’une concurrence face à laquelle ils n’ont plus les moyens de survivre ?

Parallèlement au développement de l’industrie textile, nos savoir-faire locaux disparaissent, certains métiers ne sont plus enseignés et tombent dans l’oubli, certains diplômes n’existent plus. Aujourd’hui par exemple, on ne peut plus s’installer comme herboriste. Beaucoup d’ateliers dans nos régions sont fermés… Je trouve ça tellement dommage, pas vous ?

Je reste optimiste : des initiatives « made in France » commencent à voir le jour et le nombre de personnes émues ou en colère face à cette situation essaient de bouger les lignes. J’essaierai de partager quelques-une d’entre elles dans un autre article.

La France est l’un des plus gros producteurs de lin par exemple, pourquoi donc le faire partir loin à l’étranger pour le faire transformer, l’assembler et le revendre en France ? Vous imaginez les coûts induits et le bilan carbone. Emballages, transports, douanes, transformation (ah oui mais le coût du travail n’est pas le même et au passage parfois les teintures sont faites par des enfants puisque c’est trop dangereux pour les adultes !!), re-emballage, re-transport, re-douane…. Pour que nous puissions acheter tout ça à des prix douteux…

J’aimerais proposer une chaîne plus courte. Je m’imagine très bien aller à la rencontre de producteurs de lin ou de chanvre du nord ouest de la France – plantes qui soit dit en passant, poussent quasiment sans aide de la chimie – producteurs passionnés par leur métier, qui cultivent en bio, et me parlent du tisserand à qui ils vendent leurs fibres de lin. Leur discours passionné me donne envie de rencontrer les tisserands pour comprendre comment eux vont utiliser les fibres issues des plantes. Jusqu’ici, nous savons tracer le chemin des fibres végétales. Les tisserands sont en France. Ils sont aussi des passionnés du beau travail. Ils aiment la fibre et le fil. Je leur achète du tissu. Ce tissu ira chez un façonnier français donc, qui assemblera chaque pièce, fidèle au modèle que j’ai créé. Nous venons d’assister, au moins par l’imagination, à la création de ma première pièce ! J’imagine déjà l’émotion au moment de la livraison, des frissons parcourant mon dos, et la larme venant au coin de l’œil !

Revenons à la réalité… A ce stade, je ne parle pas de toutes les étapes, mais j’ai envie de croire qu’une traçabilité complète peut être possible.

Et si je décide de proposer des vêtements qui me correspondent, je tiens à connaître chacun des acteurs et à pouvoir certifier à mes futurs clients que le travail a été accompli dans le respect de tous. Je suis persuadée qu’on peut proposer une mode différente, plus responsable et plus respectueuse de l’Homme et de son environnement.

Et si j'osais ?

Et si j’osais ?

Mon petit inventaire :

Pour avancer dans cette aventure, j’ai maintenant besoin de :

–          Temps aménagé, parce que quand même, un boulot à temps plein, des enfants, et un projet à mettre en route, je ne suis pas encore Wonder Woman ! Un jour de congé par semaine me semble correct pour voir si j’arrive à m’organiser et à  avancer,

–          Une formation de styliste-modéliste, qui me permettrait de mettre sur papier mes idées, puis de réaliser les premiers modèles (prototypes), que je pourrais ensuite faire fabriquer,

–          De nouer des contacts, parce que pour oser me lancer, j’ai besoin d’écouter l’expérience de ceux qui sont déjà passés par là, et puis parce que je ne sais pas tout faire (toujours pas Wonder Woman !!), je vais avoir besoin de partenaires,

Il y a encore beaucoup d’interrogations dans tout ça. Mais j’ai appris que pour avancer, il faut faire un premier pas, regarder ce qui passe, puis faire un deuxième pas, dans la même direction ou bien prendre un virage. Et pour l’instant, ça se vérifie !

Et pour ces premiers pas, j’emmène avec moi celui qui partage ma vie !

J’ai participé cette semaine à une soirée d’échanges entre entrepreneurs du web et de la mode, chez Cowork in Grenoble. C’était la première fois que je parlais de mon projet à des personnes que je ne connaissais pas. Finalement, ce n’était pas si difficile ! Et vous savez quoi ? Les gens sont sympas, ils ont envie de partager !! Il est urgent de reconduire ce type de rencontres !

Le conseil de Fabrice Jonas de Fashandy ce soir là : bloguer !!! Conseil que j’ai décidé de suivre !

Et vous, vous avez déjà vécu une période comme celle-là, où l’envie de faire autre chose prend le dessus ?

admin
About me

YOU MIGHT ALSO LIKE

Mode d'emploi doudou
Projet #Biotifuldoudous : alors ces vacances studieuses ?
January 10, 2016
Box vide
Projet #biotifuldoudous : le résumé de la semaine
December 14, 2015
Au café
Projet #biotifuldoudous : on avance !
December 06, 2015
création box
Un pivot dans le projet : une box pour créer son doudou
November 29, 2015
Nouveau doudou
Le premier modèle de doudou
August 24, 2015
logo grand
Retours sur l’enquête
August 17, 2015
Cantate du chanvre
En visite à la Cantate du Chanvre
August 05, 2015
Doudou Vincent
La suite de l’histoire : des doudous bio
June 17, 2015
Ma Montagne de coussins
Une montagne de coussins !
August 05, 2014

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *